La fête bat son plein sur le primaire high yield

Par Xavier Diaz

(L’Agefi) — Le marché primaire high yield (HY) euro est en ébullition. «Le
marché primaire HY montre peu de signes de ralentissement», soulignent les
analystes de Spread Research. Cette semaine, six nouvelles émissions ont été
annoncées dont l’américain Allied Universal avec une multi-tranche en dollar,
euro et sterling), l’allemand TUI Cruises (300 millions d’euros à 5 ans) ou le
français Verallia (300 à 500 millions en sustainability linked bond).

Depuis le début de l’année, hors émissions annoncées et pas encore placées,
51,3 milliards d’euros ont été émis sur ce marché (22,6 milliards à la même
époque l’an dernier mais avec une période entre mars et mi-avril avec
quasiment pas d’émissions), selon les données collectées par Société Générale
CIB. C’est un montant record. «Notre prévision de 100 millions d’euros
d’émissions cette année sur ce marché sera probablement atteinte avant la fin
de l’année, relève Juan Valencia, stratégiste crédit Europe chez SG CIB. Nous
nous attendions notamment à des opérations par des ‘fallen angels’. Certes il
y en a eu mais nous avons surtout eu beaucoup de placements réalisés par de
nouveaux émetteurs ou des émetteurs qui n’étaient pas venus depuis longtemps.»

Marché ouvert à tous

Les émetteurs profitent d’un environnement de marché favorable où la demande
des investisseurs est importante. «Si le HY est très actif en primaire, c’est
moins le cas de l’investment grade où le montant émis est un tiers sous celui
de l’an dernier, après une année 2020 exceptionnelle, note le stratégiste de
SG CIB. Il y a un réel manque de papier qui est en partie substituée par le
HY.» Le marché est d’autant plus réceptif que les ratings s’améliorent à
nouveau dans un contexte économique plus favorable tandis que le risque de
défaut a diminué. Il y a par ailleurs peu de détérioration de la qualité de
crédit des nouvelles émissions.

«Comme toujours de nombreux émetteurs veulent étendre des dettes existantes à
de meilleures conditions», poursuit Pierre Verlé, responsable crédit chez
Carmignac. Ce dernier n’est pas étonné par les niveaux d’émissions actuels:
«Ils sont soutenus par l’opportunisme des émetteurs face à un marché ouvert à
tous, ce qui n’était pas le cas un an plus tôt», poursuit le gérant qui note
que les investisseurs disposent encore de beaucoup de capitaux à investir mais
que la faiblesse des flux dans les fonds HY ces derniers mois les incitent
aussi à la prudence et les rend particulièrement sensibles aux prix.
L’annulation de l’émission Picard est la conséquence de cette plus grande
sélectivité du marché.

Essoufflement du marché

Vincent Marioni, responsable de la gestion crédit Europe chez Allianz GI, note
toutefois un début d’indigestion sur ce segment. Le niveau de prix serré
n’aide pas le marché mais c’est surtout le volume d’émissions qui commence à
faire pencher la balance. «Il y avait déjà eu beaucoup d’émissions en avril et
nous ne nous attendions pas à autant d’annonces cette semaine, affirme le
gérant. Or même si le marché HY a grossi il reste très sensible à l’équilibre
offre-demande ». Il commence à donner des signes d’essoufflement. «Les
émissions ne sont pas forcément mauvaises mais il n’y a pas forcément beaucoup
d’argent dans la classe d’actifs», poursuit Vincent Marioni.

Cet essoufflement se traduit par les évolutions sur le marché secondaire. «Une
fois émises, les obligations ne performent ni mal, ni bien sur le secondaire
alors qu’elles se resserrent généralement en temps normal», ajoute Pierre
Verlé. Il y a aussi un retour plus important de papier déjà émis sur le
secondaire avec parfois des prix inférieurs à l’émission.

«On commence aussi à voir des dossiers plus délicats», ajoute Vincent Marioni.
L’émission de TUI Cruises est ainsi un gros pari sur la réouverture de
l’économie et la reprise des croisières. De même les refinancements de LBO
avec des documentations très peu protectrices pour les obligataires, des
niveaux de levier très élevés et des plans de marche poussés au maximum se
sont aussi multipliés ces dernières semaines. Signe sans doute d’une certaine
euphorie. Mais ces situations trouvent en face des investisseurs cherchant
d’importants coupons.